MERCI ! Mille mercis, monsieur Carpentier, journaliste au Monde. Non seulement, vous êtes au niveau national le premier à oser parler ouvertenment et sans censure du problème des électrosensibles, avec un argumentaire pro et anti très bien étayé mais en plus, votre article est superbement écrit et construit.

        Je mets en pièce jointe cet article du Monde 2 du 2 mai 2008 intitulé "Les révoltés des ondes" afin que tout un chacun puisse le lire à tête reposée.

ARTICLE_PRESSE_LE_MONDE_2_LE_2_MAI_2008_A_IMPRIMER

        Voici quelques extraits qui décrit très bien notre réalité :

         "Ces gens-là se trompent peut-être. Mais ils ne trichent pas. "Je les compare souvent aux canaris qu'on gardait dans les mines, soupire le professeur Olle Johansson. Quand les oiseaux mouraient c'était signe qu'il n'y avait plus d'oxygène et qu'il fallait se dépêcher de fuir." "

        Vous m'excuserez de commencer par la fin mais je crois que le professeur Johansson, tout comme le professeur Danze en Belgique en sont arrivés à des conclusions de dépit tellement la situation sur le terrain est évidente et tellement elle est si bien niée par les politiques pour raisons économiques. Ces deux scientifiques sont des spécialistes qui ont des années de recul face au phénomène et il est sûr que se faire écarter des réunions ou se voir en permanence discréditer dans ses hypothèses alors que l'on est confronté à des malades quotidiennement, il y a de quoi être désabusé.

         "Cette grande femme au visage doux et aux épaules larges, dont les cheveux blonds se sont couverts du gris des années, présente les mêmes symptômes que les enfants des écoles françaises dont on a équipé les toits d'antennes relais. Elle se plaint des mêmes maux que les bibliothécaires de la Ville de Paris après l'installation de bornes Wi-Fi dans leurs locaux au mois d'août 2007 : migraines, érythèmes, nausées, troubles de la concentration, vertiges, palpitations, fourmillements… Partout dans le monde s'élèvent des voix, qui par milliers disent ainsi souffrir du support invisible des nouvelles technologies : les ondes électromagnétiques"

"ON NE MENT PAS"

        Vous les croyez dingues? La réalité est plus effrayante encore : ils sont sensés. Pas de soucoupe volante cachée dans le tiroir, pas de névrose paranoïaque, d'évocation mystique. Non, voilà des gens qui cherchent une explication scientifique à leur douleur et une solution politique à leur situation "

        "La force des électrosensibles suédois, c'est qu'ils étaient là avant l'avènement du téléphone portable et de la Wi-Fi. A une époque où revendiquer cette maladie n'était pas une menace pour l'industrie. Depuis les autorités ont compris leur erreur. "Ces gens sont malades, il n'y a pas de doute là-dessus… Mais il n'y a aucune preuve scientifique que ces symptômes soient causés par les champs électromagnétiques."  "

       "Difficile de s'y retrouver dans ce brouillard scientifique. D'un étage du Karolinska à l'autre, les discours s'inversent. D'un côté, ceux – et ils sont de plus en plus nombreux, en Suède, en Allemagne, en Australie, aux Etats-Unis – qui voient des anomalies partout : impact sur la peau, sur le sperme, sur la production de sérotonine, un neuromodulateur du système nerveux, sur les barrières immunitaires, sur la disparition des insectes… De l'autre, ceux qui expliquent qu'ils ont beau chercher, ils ne voient rien du tout, que "rien ne permet de conclure", qu'il s'agit d'une grande peur millénariste comme on en a vu tant éclore. Olle Johansson se désole : "Quand bien même il n'y aurait qu'une seule étude alarmante face à des centaines qui ne montrent rien, ce serait celle-là qui devrait nous intéresser. Ce ne sont pas les milliers de décollages réussis du Concorde qui retiennent l'attention des experts de la sécurité mais les trente accidents." 

        Difficile de ne pas remarquer en tout cas que la majeure partie des crédits alloués aux équipes de recherche va à ceux qui pensent que les ondes sont inoffensives. Et que ce sont les mêmes noms que l'on retrouve un peu partout dans les collèges d'experts… Est-ce parce qu'ils sont dans la vérité? Ou parce que leurs conclusions sont bonnes pour l'économie? "L'industrie finance 50 % des recherches, mais cela se fait via des structures internationales qui décident à qui cet argent va être attribué. Qu'on ne vienne pas nous accuser de diriger la recherche!""

        Vraiment, le problème est bien posé et le droit de réponse est donné à toutes les parties. On ne pourra pas dire que l'article ne va que dans un sens ! Forcément, en ce qui me concerne, je prends partie et ai sélectionné des éléments posant le problème par rapport à ce que je vis.

        A vous de prendre position. Merci à OED de l'association APURSETAP pour m'avoir transmis cette information que j'aurais zappée sinon.