J'en avais entendu parler mais d'une oreille distraite. Les associations que sont Next-up, Robin des Toits, Priartem ou Criirem sont silencieux sur le sujet. Et pourtant ... ce qui se prépare dans les hôpitaux a de quoi faire peur. Mes sources sont sûres et ... de l'intérieur comme disent les journalistes !!! (personnel hospitalier et médecin directeur des hôpitaux, c'est vous dire !). Ce que je vais relater va étonner certains, d'autres trouveront tout cela normal ... "il s'agit quand même de progrès et de facilitations pour les médecins, nom d'un petit bonhomme ." Sic !

        Vous avez tous déjà entendu parler du dossier médical informatisé. Une petite "merveille" qui va permettre des économies substantielles et d'éviter erreurs médicales par redondances, par surmédications, qui va faciliter les diagnostics en connaissant les antécédents des malades, etc... Bref, que du bon ! Forcément, quand on vous présente les éléments de cette façon, que trouver à y redire ? Rien. Sauf que ...

        Sauf que l'on a oublié de vous dire que les médecins qui vont consulter votre dossier  vont le faire directement d'un ordinateur portable qui se baladera au fil de la visite du médecin dans les couloirs de l'hôpital. Forcément, pour que le dossier soit consultable, il est nécessaire qu'il soit dans une base de données d'un PC central et vous vous doutez bien que le PC portable n'aura pas de mémoires suffisantes pour conserver les dossiers médicaux de tous les patients. Donc, le PC va interroger une banque de données de bases du système informatique de l'hôpital. Logique. Et à votre avis, par quelle voie va-t-il l'interroger ?

        Allons ! Je suis sûre que vous avez trouvé facilement.

        Bienvenue au WI FI dans les hôpitaux, jusque dans les chambres des malades. Et oui ! L'investissement est énorme puisque le chantier d'équipement a été passé pour toute la France. C'est-à-dire que TOUS les hôpitaux vont être équipés. J'ai eu du mal à y croire et ai néanmoins posé la question qui gêne : " Mais, vous êtes quand même au courant des effets délétères des ondes. Les publications sont de plus en plus nombreuses". On m'a juste répondu que lorsque cela avait été décidé, la toxicité n'était pas mise en avant et que maintenant que l'équipement est en passe d'être installé, on ne va pas revenir en arrière car l'investissement est trop lourd. Quand les hôpitaux s'équipent, c'est pour une période de dix ans ! Super ! Franchement, je ne suis pas sûre de vouloir me faire soigner dans les hôpitaux à l'avenir, car en tant qu'électrosensible, je serai encore plus malade et "fermés comme le sont la majorité des médecins", je doute qu'ils soient capables d'écouter et de prendre en compte  mes arguments sur le mal-être dans leur lieu de  "haute technologie".

        Donc, si on résume : les hôpitaux s'équipent de Wi-Fi. Un hôpital, ce n'est pas comme une bibliothèque, cela ne s'arrête pas la nuit, donc on peut s'attendre à ce que les émissions d'ondes se fassent 24h/24h. Les patients en situation de faiblesse vont  prendre les doses continuellement, tout comme le personnel hospitalier. Combien vont résister ? Combien de personnels vont réagir comme dans les bibliothèques de Paris ?
       Je me demande si tous les services en seront équipés. En effet, réfléchissez. Les cardiologues et les diabétologues savent de longue date que les ondes modifient le fonctionnement des pace-makers et des pompes à insulines, puisqu'ils ont longuement discuté pour que ces éléments soient plombés afin de les protéger des émissions d'ondes. Les services d'oncologie infantile voient arriver des gamins porteurs de leucémies dont une des causes est l'absorption massive d'ondes de toutes natures. Sera-t-il raisonnable de soigner des pathologies en immergeant les patients de nouveau dans un bain d'ondes ? Alors que la ministre de la Santé, Mme Bachelot, faisait un minima de prévention à Noël dernier pour expliquer qu'il "serait mieux" de ne pas offrir des téléphones portables à des enfants de moins de 15 ans, je pense qu'il serait bon qu'elle soit en accord avec ses dires quant à la rentrée du Wi Fi dans les hôpitaux. De plus, doit-on rappeller que le décret de 2002 stipule que les antennes relais ne doivent pas être implantées à moins de trois cents mètres des zones dites sensibles (dont font partie les hôpitaux). Or, il est démontré une même nocivité pour le Wi Fi et on envisage sans complexe de l'installer directement dans les hôpitaux. Mais où va-t-on ?

        Pourquoi la société française se comporte -t-elle toujours comme une éternelle adolescente ? Alors que l'Allemagne recommande à ses citoyens de ne pas installer le Wi Fi chez eux (croyez-vous sincèrement qu'ils accèpteraient de le positionner dans les hôpitaux ?), alors que les anglais ont fait machine arrière dans les écoles en constatant la dégradation psychique des gamins, alors que les japonais s'interrogent sur le comportement apathique ou a contrario, de plus en plus violent de leurs adolescents, la France décide de continuer son comportement juvénile à risque. "Je n'ai rien à faire de ce que les adultes disent, j'expérimente moi-même quitte à me faire mal. Après, je saurai. " 
        C'est quel âge déjà la majorité ?