Je vous avais parlé, il y quelque temps (article du 31/10), de la mise en évidence fortuite de l'émission des ondes par mon cardiofréquencemètre.

         Voici une nouvelle fois la preuve, toujours avec ce petit appareil de la concrétisation des ondes et de la possibilité de leur localisation. Une fois encore, cela s'est produit en quelque sorte à mon insu, sans que je réfléchisse à un quelconque protocole scientifique, et pour cause...

         Il existe des appareils qui permettent de mesurer les ondes, donc de les chiffrer, d'autres de les matérialiser en son. Il semblerait que mon cardifréquencemètre en fasse partie, à sa petite échelle !
        Je devais donc, ce mercredi, me rendre sur Saumur pour donner un cours de gym. La montre cardiofréquencemètre était sur mon sac à dos. Personnellement, j'étais plutôt fatiguée et je ressentais les bases antennes de façon assez nette. Je prends donc l'itinéraire habituel casquette vissée sur la tête. Ressentant une variation dans mon corps (sorte de picottement dans les mains et pieds), je sais que je suis à proximité de base. Je n'ai pas les resserrement aux tempes , cela étant probablement dû à la casquette. Tout à coup, alors que je prends un virage, j'entends ma montre sonner. Un peu interloquée, je regarde l'heure et vérifie si elle correspond à l'heure de l'alarme. Ce  n'est pas le cas. Par contre, mon attention est attirée par le symbole du petit coeur qui clignote.  Je comprends alors très vite que la montre est en train de recevoir des ondes et qu'elle répond de la manière dont elle a été porgrammée, à savoir un "bip" répétitif. Ce "bip" s'arrête après une centaine de mètre et reprend un peu plus loin.  Ainsi de suite jusqu'à la sortie d'Angers et de Trélazé.
        Ce trajet, je le fais depuis un an maintenant aux alentours de 18 heures et depuis septembre, j'ai ce cardiofréquencemètre. Il n'a jamais "bippé" depuis cette date. Or ce mercredi, il s'est mis à sonner sur près de deux kilomètres par intermittence. Est-ce le fruit du hasard ? J''avais de plus  constaté dans mes synthèses de footing, des aberrations de fréquences cardiaques qui allaient jusqu'à 233 pulsations minutes. Or la notice de l'appareil explique bien que le cardiofréquencemètre peut produire des erreurs au voisinage des bases relais téléphonies.

        J'avais émis l'hypothèse, il y a quinze jours que les ondes émises étaient plus fortes qu'avant. Cela en serait-il une preuve ?