Ah ! Ces géniaux inventeurs !

La Science ! La technologie ! Ces deux mots magiques qui, au 19ème et au 20ème siècle, étaient  porteurs d'espoirs ! La fin des problèmes, de la lenteur et des maladies  grâce aux progrès technologiques et scientifiques ! Les espoirs sont toujours générateurs d'enthousiasme ... mais ce n'est que lorsque l'on se penche sur l'histoire des sciences et les processus de découverte qu'on lève  un pan de voile sur des questions, à posteriori génantes. Mais bien évidemment, quand le train est en marche, il est dificile de sauter. Ce n'est qu'au terminus que les questions commencent à se poser et que l'on fait un debriefing !

Comme beaucoup de ses collègues scientifiques, Nicola Tesla, inventeur du moteur à courant alternatif (fin 19ème), subit les conséquences de sa découverte au niveau de sa santé. A l'instar de Marie Curie qui reçut des doses massives d'irradiation lors de ses travaux, Nicolas Tesla dévellopa une maladie "mystérieuse" quand il travailla sur son projet.

John O'Neill écrivit sa biographie  qui lui valut le prix Pulitzer. Il détailla la maladie de Tesla comme suit:

"L'étrange maladie qui l'affectait alors ne fut jamais diagnostiquée par aucun des médecins qui le suivaient. C'était pourtant une expérience qui faillit lui coûter la vie. Pour les médecins, il était sur le point de mourir. Les bizarres symptômes qu'il manifestait avaient attiré l'attention d'un médecin renommé qui déclara que la science médicale ne pouvait pas l'aider. L'un des symptômes de la maladie était une sensibilité intense de tous les organes des sens. Ses sens avaient toujours été extrêmement vifs, mais cette sensibilité était maintenant tellement exacerbée que les effets en étaient devenus une forme de torture. Le tic-tac d'une montre à trois pièces de distance agissait sur lui comme des coups de marteau sur une enclume. La vibration de la circulation dans la rue, transmise par une chaise ou un banc, résonnait lourdement dans son corps. Il avait fallu placer les pieds de son lit sur des cales en caoutchouc pour éliminer les vibrations. Une voix normalke tonnait dans sa tête comme un pandémonium tourbillonant. Le moindre effleurement lui faisait l'effet d'une explosion intérieure. Dans le noir, il était capable de distinguer un objet à une douzaine de pieds par une étrange sensation au front. Son corps entier était constamment tourmenté par des saccades et des tremblements. Son pouls, disait-il, variait entre quelques pulsations par minute et plus de cent cinquante. Pendant toute la durée de cette mystérieuse maladie, il lutta vigoureusement pour retrouver son état normal. Il avait devant lui une tâche à accomplir : trouver la solution du problème du moteur à courant alternatif." J. O'Neill, The life of Nocola Tesla : Prodigal Genius, 1968, London Neville Spearman

Personne électrosensible comme moi : cela ne vous rapelle-t-il pas quelques symptômes que vous vivez au quotidien ? Je vous laisse méditer ...