Cette fois, c'est décidé. Je me lance ! Après de nombreuses incitations de part et d'autres, j'accepte de faire ce bolg - paradoxe !

        Bolg - paradoxe ? Etonnant, non, cette dénomination. En fait, je vais utiliser ce média pour témoigner contre sa technologie. Non que je sois réfractaire à ce nouveau mode d'expression  - il va d'ailleurs m'être très utile pour vous faire comprendre les événements que je vis -, mais surtout parce que l'innovation galopante de la technologie informatique contribue à me rendre malade (au sens 1er du terme ! ). Ce n'est pas la seule ! Elle n'est qu'une dérivée du développement et de la mise en application de notre connaissance sur les ondes.

        Or, ce sont ces ondes qui me rendent malade. Ondes et champs électromagnétiques: vaste programme.

        Je suis ELECTROSENSIBLE. Pathologie peu courante, qui touche un petit nombre de personnes et qui n'est pas du tout prise au sérieux par le corps médical français, à la différence de l'Allemagne, la Suède ou l'Angleterre.

        Alors témoigner reste un moyen simple et basique pour expliquer et démontrer que ce qui m'arrive n'est pas psychosomatique. Témoigner au jour le jour, comme je désire le faire: voilà qui pourrait être utile à tous ceux et celles qui ont ressenti des symptômes similaires ou qui sont passés par le même schéma événementiel. C'est aussi une sorte d'exutoire pour moi car, à la souffrance physique se joint, on en peut trop fréquemment, la souffrance psychologique ( où, malheureusement, la subjectivité se dispute souvent avec l'objectivité).

        C'est pourquoi, ce témoignage, je l'aspire le plus objectif possible dans ses faits et je m'attacherai à transcrire les événements que je vis  de la façon la plus neutre qu'il soit. Par contre, tous mes ressentis, réflexions, recherches et conjectures seront aussi notés, mais avec des caractères de police et de couleur différente. Ce qui m'importe, c'est de séparer les faits des ressentis, pour créer une bonne base de données.  Servirait - elle à une étude que cela ne pourrait être que positif. Actuellement, les personnes électrosensibles, comme moi, sommes dans un flou artistique, généré,  et je le pense sincèrement,  par des enjeux économiques énormes. Alors, tout est tu ou délivré au compte - gouttes sur la réalité des conséquences sanitaires de notre technologie moderne.  Le dialogue n'est pas ouvert. Par conséquent, nous, les électrosensibles, galérons chacun dans notre coin et essayons de s'en sortir par le bouche à oreille, nos lectures et notre ténacité. Et tout n'est pas bon, loin s'en faut.

        Alors, noter au quotidien ce qui se passe relève d'une démarche raisonnable (à défaut d'être purement scientifique ! ). Cela permet aussi d'éviter les pertes normales dues au temps ou celles consécutives à des déprimes ou des découragements récurrents. Le faire sur Internet vaut bien le carnet de route papier utilisé jusqu'alors. De l'intimité et du privé, je passe à la sphère "échange". Je vais donc présenter mon cas petit à petit, car l'histoire remonte à un an maintenant... du moins pour la détermination de LA cause de mes maladies à répétitions. Je noterai dans les premiers paragraphes mon événementiel quotidien, et retracerai, étape par étape, ce qui s'est passé, avec documents, références et contacts (si accord).

       Je prends le risque de me faire railler, mais au point où j'en suis actuellement, peu m' importe. Je suis à un tel degré de fatigue et de tension, ma santé s'est tellement dégradée que les mots d'autrui peuvent aussi me permettre d'avancer. Au diable l'incrédulité et la cécité de la société, ce que je vis est réel, pénible et destructeur. Les précurseurs contre leur gré que nous représentons, nous les électrosensibles, vivont ce que dans dix ou vingt ans des milliers de personnes ressentiront. C'est inéluctable: toutes les recherches scientifiques effectuées (début de celle - ci en 1950 !!!) le démontrent. De nombreux scientifiques ont tiré le signal d'alarme depuis bien longtemps : ils ont été un certain nombre à "être démissionnés" ou à se voir amputés de leurs crédits de recherche.

        Notre société du progrès est performante! Mais, plus encore son économie. Et que croyez-vous qui prime ?